Tous les articles classés dans : Exemples de pièces

« Le voyageur sans bagage »

Non, je ne suis pas Gaston, ce soldat revenu amnésique de la guerre (pièce de Jean Anouilh datant de 1937). Mais peut-être bien que la « terre » m’a rendue une mémoire ancestrale…. Lors de ces 2 derniers jours, avant la sortie de ce que nous espérons tous être notre dernier confinement, je vous ai préparé des bagages de rêves : ce joli sac à main et ce superbe bagage. Il s’agit, en réalité, de deux vases pour grandes ou plus petites fleurs. J’espère qu’ils vous plairont et vous seront d’une grande aide. Dans l’espoir que vous veniez très vite me dévaliser !A très bientôt donc à l’Orangerie, à Ambronay.

Confinement et créativité …

Malheureusement, nous savons maintenant que la manifestation des JEMA est annulée.Pendant quelques semaines, nous allons devoir encore faire le « gros dos ».J’envisage de profiter de ce nouveau confinement pour développer ma créativité avec l’idée de faire des pièces encore plus originales !En attendant des jours meilleurs, voici une mosaïque de mes dernières créations.

Un petit pot à »grelots »

Cache-pot, petit vase ou simple pot à crayons peuvent être la destination de cette petite pièce bleue à « grelots » roses. Elle a été tournée avec une terre de faïence blanche puis peinte sur biscuit avec de l’oxyde de cobalt. Des petites perles roses, teintes dans la masse ont ensuite été fixées sur des tiges métalliques puis accrochées sur le haut du pot lorsque la terre était encore à « consistance du cuir ». La mise en scène proposée vous permettra de l’imaginer dans votre intérieur.

Projet mosaïque illustrant un conte des mille et une nuits

Ce triptyque vient d’être réalisé dans mon atelier avec 26 élèves de C.E 1 de l’ école d’Ambronay. Il a été financé par le Centre Culturel de Rencontre d’Ambronay. Il découle d’une représentation de Louise Moaty et 4 instrumentalistes dans le cadre du Festival de musique baroque d’Ambronay en Septembre 2013. Le conte des » 2 soeurs jalouses et leur cadette »a d’abord été travaillé par de nombreux dessins faits par les enfants et reproduits par eux sur le panneau central. En réalisant  ce triptyque, je tenais à respecter le sens littéral du conte sans omettre la portée symbolique des » Contes des mille et une nuits. »